Agriculture Recherche et Innovation

La FAO aide la Tunisie à évaluer ses capacités phytosanitaire

La Tunisie est l’un des premiers pays de la région à conduire une évaluation de ses capacités phytosanitaire (ECP) avec l’assistance de la FAO. 

Les travaux du premier atelier d’ECP, qui se tient à Tunis, du 13 au 15 mars 2018, ont pour objectif d’assister le pays à procéder à une évaluation réelle et participative de ses capacités phytosanitaires, à identifier les lacunes et retenir les priorités d’interventions pour prévenir et lutter contre les différents ravageurs des cultures en Tunisie.

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet régional pour le renforcement des mesures de quarantaine des ravageurs des cultures dans les pays du Maghreb.

À travers ce projet, la FAO consolide un partenariat stratégique entre les ministères de l’Agriculture dans les pays de l’Afrique du Nord, l’Union du Maghreb arabe (UMA) et l’Organisation régionale de la protection des plantes pour le Proche-Orient (Neppo) afin de renforcer leurs capacités en matière de contrôle et de prévention des risques d’introduction de maladies et de ravageurs des plantes dans ces pays.

Il convient de préciser que plusieurs parties prenantes sont engagées dans cette ECP qui peut durer entre 6 mois et une année.

À l’échelle magrébine, la FAO œuvre sur plusieurs front pour gérer et prévenir la propagation de différents ravageurs et parasites tels que le criquet pèlerin, le charançon rouge du palmier, la cochenille verte du palmier, la cochenille du cactus ou encore les maladies végétales transfrontalières tel que Xylella Fastidiosa.

Lors de l’ouverture de l’atelier, Michael Hage, coordinateur de la FAO pour l’Afrique du Nord et représentant de la FAO en Tunisie, a salué l’engagement et les efforts déployés par la Tunisie et affirmé que par la conduite de cette ECP, la Tunisie exprime sa volonté de parfaire son système national de prévention et de lutte.

Il a précisé que l’ECP représente un outil confidentiel en mesure de générer des données à la disposition des départements gouvernementaux concernés afin d’évaluer l’écart de capacités entre la situation actuelle et celle qui sera nécessaire pour répondre aux exigences de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) et ses Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMP).

La conduite de l’ECP peut aboutir à la révision de la législation phytosanitaire, si nécessaire.

Toutes les données et informations produites restent à la discrétion du pays qui sera à même d’élaborer des plans stratégiques, de hiérarchiser les activités et ressources pour améliorer l’efficience de l’ensemble du système phytosanitaire du pays. La formulation de ce cadre de planification stratégique rationnelle peut également servir de base pour des dialogues avec les donateurs d’aide au développement et améliorer ainsi l’accès à de potentielles sources de financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.