Agriculture Consommation

Tunisie : Le filon en or des dattes bio, dont les chiffres à l’export explosent

La production des dattes revêt une importance particulière pour l’économie nationale, d’autant plus que les exportations de ce produit agricole occupent la deuxième place, après l’huile d’olive. Ce produit connaît un franc succès sur les marchés intérieurs et extérieurs. Les oasis de Tozeur, Gafsa, Gabès et Kebili produisent plus de 150 variétés de dattes.

Selon de récentes données dévoilées sur le site web du ministère de l’Agriculture, les recettes des exportations de dattes biologiques, pour cette saison, ont augmenté de 35,52%, comparativement à la saison précédente. Cette hausse provient d’une augmentation de 21,01% des quantités exportées.

Les quantités des dattes biologiques exportées, depuis le début de la saison (10 octobre 2017) jusqu’au 2 mars 2018, ont atteint environ 4691 tonnes, pour une valeur de 34,8 millions de dinars (MDT) contre 3876 tonnes (25,7 MDT) au cours de la même période de la saison précédente.

Toujours selon la même source cette hausse est expliquée par l’augmentation des quantités exportées vers l’Espagne (1154,14%), la Turquie (147,24%), le Canada (136,55%) et la Bulgarie (87,10%).

A noter que la production des dattes demeure un secteur vital pour l’économie du sud-tunisien. Selon des données officielles, environ 50 000 à 60 000 familles vivent des dattes dans plusieurs régions du sud.

Cela représente deux millions de jours de travail par an, permanents et saisonniers. Dans ces régions, on trouve des chantiers de récoltes qui consomment une main-d’œuvre considérable. Il y a des gens qui ne travaillent que pendant les deux ou trois mois de la récolte.

Cependant, plusieurs agriculteurs ont à maintes reprises affirmé que de nombreuses difficultés persistent, empêchant ainsi le secteur de se développer. Il s’agit essentiellement du manque d’espaces dédiés et d’engrais biologiques, l’absence de main-d’œuvre spécialisée et de circuits de distribution, malgré une forte demande. Les professionnels évoquent, également, l’absence de politique des prix encourageante pour les producteurs de cette variété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.